L’URETRE MASCULIN : ANATOMIE DESCRIPTIVE ET PATHOLOGIE

I/ Introduction :

L’urètre masculin est un conduit musculo-membraneux qui présente une cavité virtuelle, en dehors de la miction et l’éjaculation. La majeure partie du canal urétral est une simple fente transversale, avec ses surfaces supérieures et inférieures en contact. Au niveau de  l’orifice externe (méat urétéral),  la fente est verticale. Dans la partie membraneuse irrégulière ou stellaire, et dans la partie prostatique elle est un peu arquée. Il présente une double courbure dans l’état ordinaire détendu du pénis (en dehors de l’érection).

Sa longueur varie de 17,5 à 20 cm, il s’étend du col de la vessie à l’extrémité du gland du pénis, en traversant la prostate, le diaphragme urogénital, et le corps spongieux. L’urètre chez l’homme a une double fonction :  il véhicule l’urine durant la miction, et le sperme durant l’éjaculation

On peut le diviser en trois segments de longueurs différentes :

  • L’urètre prostatique avec une longueur de 3 cm.
  • L’urètre membraneux mesure 2 cm, ce segment est inextensible.
  • L’urètre spongieux mesure 12 cm en absence de l’érection.

On distingue trois dilatations au niveau de l’urètre masculin :

  • La fosse naviculaire se trouve au niveau du gland.
  • Le sinus bulbaire : il est localisé au niveau du bulbe du pénis.
  • Le sinus prostatique : au niveau de la prostate, il joue le rôle d’une réserve de sperme au cours du premier stade de l’éjaculation.

L’intérêt de la question:

  • La fracture du bassin contre-indique le sondage urinaire vu la possibilité d’aggraver une lésion urétrale.
  • Les valves de l’urètre postérieur sont une cause de l’insuffisance rénale chronique chez l’enfant.

II/ L’urètre masculin : trajet

L’ uretère présente deux courbures, au cours de son trajet on distingue trois portions :

  • L’urètre prostatique :La partie prostatique (pars prostatica) est la partie la plus large et la plus dilatable du canal, mesure environ 3 cm de longueur. Il traverse presque verticalement la prostate de sa base jusqu’à son sommet, il est situé plus près de sa surface antérieure. Son canal est en forme de fuseau, étant plus large à sa partie moyenne, et plus étroit à sa partie inférieure, où il rejoint la portion membraneuse de l’urètre. Le canal prostatique est en forme de fer a cheval avec une convexité antérieure.
  • L’urètre membraneux : La portion membraneuse (pars membranacea) est la plus courte, la moins dilatable et la partie la plus étroite de l’urètre. Il se dirige vers le bas et vers l’avant, avec une légère concavité antérieure, entre le sommet de la prostate et le bulbe, perforant le diaphragme urogénital, au-dessous et derrière la symphyse pubienne. La partie proximale du bulbe urétral repose sur le fascia inférieur du diaphragme urogénital. La portion membraneuse de l’urètre est complètement entourée par les fibres du sphincter de l’urètre membraneux . Devant elle, la veine dorsale profonde du pénis pénètre dans le bassin entre le ligament transverse du pelvis et le ligament pubien arqué. De chaque côté près de sa terminaison se trouve les glandes bulbo urétrales ( de cowper).
  • L’urètre spongieux: La portion caverneuse (pars cavernosa; partie pénienne ou spongieuse) est la partie la plus longue de l’urètre, elle est contenue dans le corpus cavernosum. Elle mesure environ 15 cm de longueur, et s’étend de la terminaison de la portion membraneuse à l’orifice urétral externe (le méat). Son origine est sous le fascia inférieur du diaphragme urogénital, il se dirige vers l’avant et vers le haut, en avant de la symphyse pubienne; puis, dans l’état flasque du pénis, il se courbe vers le bas. Il est étroit, et de taille uniforme dans le corps du pénis, mesurant environ 6 mm de diamètre; il est dilaté au niveau de sa portion postérieure, à l’intérieur du bulbe, et encore une fois au niveau de sa portion antérieure à l’intérieur du gland où il forme la fosse naviculaire.

uretre masculin

III/ L’urètre masculin : La configuration interne

La configuration interne de l’urètre varie selon chaque portion :

L’urètre prostatique présent :

  • Sur le mur postérieur se trouve une étroite crête longitudinale, c’est le verumontanum (la crête urétrale), formée par une élévation de la muqueuse et de son tissu sous-jacent. Il est de 15 à 17 mm de longueur, et d’environ 3 mm. de hauteur, et contient, selon Kobelt, le tissu musculaire et érectile. Lorsqu’il est distendu, il peut servir à empêcher le passage du sperme vers l’arrière dans la vessie. De chaque côté de la crête se trouve une fosse légèrement déprimée, c’est le sinus prostatique, dont le fond est perforé par de nombreuses ouvertures, c’est les conduits des glandes des lobes latéraux de la prostate ; les conduits du lobe central s’ouvrent derrière la crête urétrale . Au dessous du sommet de la crête urétrale, se trouve une élévation médiane, le colliculus séminalis, à l’intérieur duquel se trouvent les orifices des ouvertures en forme de fente des conduits éjaculateurs. L’utricule prostatique forme un cul-de-sac d’environ 6 mm situé au sommet de la crête utérale.


L’urètre membraneux :

  • Présente à l’état de vacuité des plis longitudinaux.

L’urètre spongieux :

  • Présente à l’état de vacuité des plis longitudinaux, au niveau du sinus bulbaire se trouvent les ostiums des glandes bulbo urétrales de Cooper.

Au niveau du gland :

  • L’urètre se dilate pour former la fosse naviculaire, elle présente au niveau de sa paroi antérieure un repli muqueux transversal qui s’appelle la valve de la fosse naviculaire.

urètre masculin

IV/ Les rapports de l’ urètre masculin :

Le long de son trajet, l’urètre est en rapport avec plusieurs organes, on distingue selon les segments :

  • L’urètre prostatique : en rapport à son origine avec le sphincter vésical, puis il est entouré par la prostate.
  • L’urètre membraneux : il est entouré par le sphincter de l’urètre, latéralement il est en rapport avec les glandes de Cooper.
  • L’urètre spongieux : sur le long de son trajet il est en rapport avec le corps spongieux.

V/La vascularisation de l’urètre masculin :

Artérielle :

  • L’urètre prostatique : la vascularisation de ce segment est assurée par les branches vésico-prostatiques de l’artère vésicale inférieure.
  • L’urètre membraneux : la vascularisation de ce segment est assurée par l’artère rectale moyenne et inférieure.
  • Leur être spongieux : la vascularisation de ce segment est assurée par les artères profondes et dorsales du pénis.

Le drainage  veineux se fait vers les plexus veineux prostatiques.

Le drainage lymphatique se fait vers les ganglions lymphatiques iliaque externe inguinaux et prostatique.


VI/ L’innervation  de l’ urètre masculin:

L’innervation de l’urètre masculin est assurée par des branches du plexus hypogastrique inférieur.

VII/ La pathologie :

l’urètre masculin est le sièges de plusieurs pathologies :

Traumatique : 

  • La fracture du bassin lors d’un traumatisme violent ( Accident de la voie publique, chute, explosion…) peut causer une lésion de l’urètre membraneux,  à cause du déplacement de l’aponévrose moyenne du périnée. C’est la raison pour laquelle le sondage urinaire est formellement contre indiquer lors d’une suspicion d’une fracture du bassin, ou chez un patient polytraumatisé. Une radiographie du bassin est indiquée pour éliminer une éventuelle fracture du bassin.
  • La fracture du corps caverneux peut causer une lésion de l’urètre, lors d’un traumatisme du penis pendant l’érection. Cette lésion est grave ( des séquelles irréversibles : fibrose du corps caverneux et dysfonctionnement érectile ).
  • Le sondage urinaire mal pratiqué peut causer des lésions de l’urètre.


Infectieuse :

  • L’urétrite est une infection de l’urètre elle peut être dans le cadre d’une IST ( maladie sexuellement transmissible), dans ce cas le germe responsable peut être:Neisseria gonorrhea, Chlamydia Trachomatis, Trichomonas Vaginalis. Cette infection se manifeste par une dysurie et des écoulements urétraux.
  • La tuberculose urogénitale

Malformatives :

  • les sténoses de l’urètre
  • Des anomalies congénitales de l’urètre se produisent occasionnellement. La plus fréquemment rencontrée est celle où il y a une fissure au niveau de l’urètre due à un arrêt de fusion au niveau de la ligne médiane pendant l’embryogenèse. C’est ce qu’on appelle les hypospadias, cette fissure peut varier. La forme la plus simple et la plus courante est celle où l’anomalie est située au niveau du gland. L’urètre se termine au point de jonction du prépuce et le corps du pénis, dans une petite ouverture de type valve, associé une dépression au niveau de la position du méat normal. Cette anomalie ne produit aucun handicap. Dans les cas plus graves, la partie caverneuse de l’urètre est ouverte sur toute sa longueur.

VIII/ Conclusion :

L’urètre masculin est un conduit musculo-membraneux, il a un rôle dans la miction et dans l’éjaculation. C’est le siège de plusieurs pathologies : traumatique et infectieuse.

Bibliographie : 

Gray, Henry. Anatomy of the Human Body. Philadelphia: Lea & Febiger, 1918

Kamina, Pierre. Anatomie clinique. 2009

Leave a Replay

Abonnez-vous

Abonnez-vous