ANATOMIE : LE COEUR CONFIGURATION INTERNE ET EXTERNE

I/INTRODUCTION :

Le cœur est un organe musculaire creux de forme conique, il se trouve entre les poumons dans le médiastin moyen et dans le péricarde. Il possède trois faces, trois bords, une base et un sommet, le cœur est formé de quatre cavités : les atriums droit et gauche, et les ventricules droit et gauche enveloppé par le péricarde qui est composé de deux portions : sérieuse profonde et fibreuse superficielle.

Le cœur chez l’adulte mesure environ 12 cm de longueur et 8 à 9 cm de largeur à la partie la plus large, et 6 cm. d’épaisseur. Son poids, chez l’homme, varie de 280 à 340 grammes, chez la femelle, de 230 à 280 grammes. Le cœur continue à augmenter son volume jusqu’à un âge avancé ; cette augmentation est plus marquée chez l’homme que chez la femme.

II/ L’ anatomie du coeur : configuration externe 

Le cœur est situé à la partie antéro inférieure du thorax, entre les deux poumons, dans le médiastin antérieur. Il est contenu dans le péricarde.

Face Antérieure ou Sterno-Costale :

La face antérieure est divisée en trois portions :

– La portion ventriculaire : elle a une forme convexe, occupe les deux tiers inférieurs de la face antérieure, elle est parcourue de haut en bas et de droite à gauche par le sillon interventriculaire antérieur, où circule l’artère interventriculaire antérieure.

– La portion artérielle : située au-dessus du sillon atrio ventriculaire, elle est composée par l’orifice aortique en arrière et à droite, et l’orifice pulmonaire en avant et à gauche.

– La portion atriale : occupe le tiers supérieur. Elle comprend les auricules, qui s’enroulent autour des gros vaisseaux :

  • L’auricule droite : de forme triangulaire, bien visible, passe en avant et à droite de l’aorte.
  • L’auricule gauche : plus long, s’enroule sur le flanc gauche de l’artère pulmonaire.


Face Gauche ou Pulmonaire :

Convexe, elle regarde en arrière et à gauche. Elle comprend deux segments divisés par le sillon inter-atrio ventriculaire : le ventricule gauche en avant, et l’atrium gauche avec son auricule en arrière, séparés par le sillon inter-atrioventriculaire gauche, parcouru par l’artère circonflexe.

 

Face Inférieure ou Diaphragmatique :

Presque plane, inclinée en bas et en avant, elle est divisée en deux portions par le sillon atrio ventriculaire. La portion ventriculaire est la plus volumineuse, elle est divisée par le sillon interventriculaire postérieur, qui rejoint son homologue antérieur, à droite de la pointe du cœur.

La portion atriale est divisée en deux par le sillon inter-atrial.


L' anatomie du coeur : la face postérieure du cœur

Bords du cœur :

Le bord droit : sépare les deux faces : antérieure et inférieure

Les deux bords gauches supérieur et inférieur.

Les trois bords convergent vers l’apex du cœur.

Base :

Constituée uniquement par la face postérieure des atriums qui sont séparés par le sillon inter tribal, regarde en arrière légèrement en haut et à droite. :

  • L’atrium droit : sa face postérieure avec les deux terminaisons de la veine cave inférieure et la veine cave supérieures.
  • L’atrium gauche : avec les orifices des veines pulmonaires entre lesquels on note le cul de sac de Haller( ou bien sinus oblique replie du péricarde). La jonction des sillons interventriculaire postérieur, inter-atrial et atrioventriculaire réalise une ce qu’on appelle le « croix des sillons ».

Sommet ou Point du cœur :

Se projette au niveau du 5ème espace intercostal, il appartient entièrement à la pointe du ventricule gauche qui regarde en avant et à gauche. L’union entre les deux sillons inter-ventriculaire antérieur et postérieur se fait à droite du sommet.


III/ L’ anatomie du coeur : configuration interne

 

Le cœur est divisé en quatre cavités (les deux atriums et les deux ventricules), séparées par les cloisons et communiquant par les orifices. On individualise 2 parties complètement séparées : le cœur droit et le cœur gauche.

Les Cloisons du Cœur : Au nombre de 3 cloisons.

La cloison inter-atriale:

La cloison inter-atriale est une membrane mince oblique qui possède une forme irrégulièrement quadrilatère et plane, elle sépare les deux atriums droit et gauche. Elle présente 2 faces (droite et gauche), et 4 bords (antérieur, postérieur, supérieur et inférieur).

Elle est constituée par une membrane fibreuse, amincie à sa partie postéro-inférieure, où elle présente un point faible : « la fosse ovale » :

  • A droite : elle est cerclée par l’anneau de Vieussens en haut et en avant, qui peut être perforée et entraîner une communication inter-atrial.
  • A gauche : elle est cerclée par un repli semi-lunaire à concavité antéro supérieure.

Le septum atrioventriculaire :

Sa base se continue avec la cloison inter-atriale. Il répond à droite à la valve interne de la tricuspide et à l’atrium droit, et à gauche à la grande valve mitrale et au ventricule gauche.

 

La cloison interventriculaire :

Elle a une forme triangulaire, à base postéro-supérieure et à sommet antéro inférieur. Elle présente deux faces (droite et gauche) et deux bords (antérieur et postérieur) répondant en surface aux sillons interventriculaires antérieur et postérieur. Cette cloison est constituée par deux portions :

  • Portion membraneuse postérieure : mince et fibreuse, presque transparente.

Note clinique : l’absence de cette cloison est responsable de la Communication intra-ventriculaire.

  • Portion musculaire antérieure : représente la majorité de la cloison


Les Orifices du Cœur :

Il existe deux types d’orifices : les orifices atrio-ventriculaires et les orifices artériels.


L' anatomie du coeur : Les valves du coeur

L’orifice tricuspidien (l’orifice atrioventriculaire droit) :

De forme circulaire, regarde en arrière et à droite, situé à la base du ventricule droit, il le fait communiquer avec l’atrium droit. Fermé par la valve tricuspide, qui est divisée en 3 cuspides : antérieure, inférieure, et interne ou septale, séparées par 3 commissures et insérées sur un anneau fibreux.

L’orifice mitral (l’orifice atrioventriculaire gauche) :

Situé à la base du ventricule gauche, il le fait communiquer avec l’atrium gauche. De forme circulaire, et fermé par la valve mitrale, qui est divisée en deux cuspides, séparées par deux commissures et insérées sur un anneau fibreux. On distingue la cuspide antérieure ou grande valve, et la cuspide postérieure ou petite valve.

L’orifice de l’artère pulmonaire :

Il met en communication le ventricule droit avec l’artère pulmonaire au niveau du cœur droit. Il est de forme circulaire, et il est situé en avant et à gauche de l’orifice tricuspidien. Il est constitué de 3 valvules sigmoïdes, à concavité supérieure : une antérieure et deux postéro-latérales.

 

Note : les deux orifices atrio ventriculaire droit et l’orifice de l’artère pulmonaire sont séparés par un sillon musculaire, c’est l’éperon de Wolff.

L’orifice aortique :

Il est de forme circulaire, il est situé en avant et à droite de l’orifice mitral, et fait communiquer la chambre de chasse ventriculaire gauche avec l’aorte. Il est constitué de trois valvules sigmoïdes, à concavité supérieure, une postérieure et deux antérolatérales.


Les Cavités Cardiaques:

Les cavités du cœur comprennent les deux atriums et les deux ventricules :

  • Les atriums constituent le segment postéro supérieur du cœur, situé en haut en arrière et à droite. Leurs parois sont minces, souples et facilement dépressibles. Ils sont séparés par la cloison inter-atriale en deux atriums : droit et gauche.
  • Les ventricules sont plus antérieurs et à gauche des atriums séparés par la cloison interventriculaire. Leur sommet est occupé totalement par le ventricule gauche, et leurs parois sont musculaires (la paroi du ventricule gauche est plus épaisse que celle du ventricule droit).


L' anatomie du coeur : configuration interne et externe

L’Atrium droit :

Étendu de la veine cave supérieure a la veine cave inférieure, son grand axe est vertical, il est prolongé en haut et en avant par l’auricule droite, qui est large et triangulaire., on distingue six parois :

  • Paroi externe (droite) : mince et concave, formée par les colonnes charnues, constituant les muscles pectinés.
  • Paroi interne (septale) : formée par la cloison inter-atriale, contient la fosse ovale.
  • Paroi inférieure : creusé par les deux orifices veineux : l’orifice de la veine cave inférieure en arrière avec la valvule d’Eustache et l’orifice du sinus coronaire en avant et en dedans avec la valvule de Thebesius.
  • Paroi supérieure : présent en arrière l’orifice de la veine cave supérieur, non muni de valvule.
  • Paroi postérieure : présente le tubercule intraveineux : le tubercule de Lower
  • Paroi antérieure : répond à l’orifice tricuspidien.

Le Ventricule droit :

Il a la forme d’une pyramide triangulaire, à base tricuspidienne, avec trois parois :

  • Paroi antérieure : correspond à la face sterno-costale présente à sa partie moyenne le pilier antérieur (muscle papillaire) qui est lié à la valve tricuspide.
  • Paroi interne ou septale : correspond à la portion musculaire de la cloison, elle présente plusieurs piliers (muscles papillaires).
  • Paroi inférieure : présente deux piliers principaux (muscles papillaires) : le pilier postérieur et les piliers externes.

L’Atrium gauche :

Son grand axe est transversal, étendu d’un pédicule veineux pulmonaire à l’autre. On distingue aussi 6 parois :

  • Paroi externe ou gauche : lisse.
  • Paroi interne ou septale : formée par la cloison inter-atriale.
  • Paroi inférieure : étroite et concave.
  • Paroi supérieure : étroite et lisse.
  • Paroi postérieure : présentant à ses deux extrémités droite et gauche les orifices des veines pulmonaires.
  • Paroi antérieure : ouverte sur l’orifice mitral.

Le Ventricule gauche :

De forme conique, il comprend 3 parois :

  • Paroi antérieure : elle présente surtout le pilier antérieur (muscle papillaire).
  • Paroi postérieure : présente le pilier postérieur (muscle papillaire).
  • Paroi interne ou septale : répond au septum atrioventriculaire en haut et à la cloison interventriculaire en bas.

III/ Intérêt de l anatomie du coeur en pathologie :

En sémiologie, l’étude de l’anatomie est fondamentale dans l’examen clinique.

En pratique l’examen clinique cardiovasculaire se déroule comme suit :

L’inspection du patient dévêtue, qui implique une connaissance de l’anatomie de surface, on peut noter durant cette phase : les malformations du thorax (pectus excavatum, pectus carinatum), les déformations du thorax (le thorax de Davies), l’aplasie de la clavicule, l’asymétrie du thorax (bombement d’un hémithorax), les déformations de la colonne vertébrale (scoliose, cyphose, lordose, dos-plat),  la présence d’une circulation collatérale qui témoigne de la présence d’un obstacle au niveau du routeur veineux ( syndrome cave, hypertension portale).

La palpation durant laquelle on perçoit le choc de point ou apexien : c’est le faite de localiser l’apex du coeur, normalement situé au niveau du 5éme espace intercostale, sur la ligne médioclaviculaire (la ligne qui est perpendiculaire et passe par la moitié de la clavicule), pour certain auteur la ligne mamelonnaire (a noter que le mamelon n’est pas un repère fixe, sa localisation peut varier d’un individu à l’autre selon : le sexe, l’obesité…)   En pathologie la déviation du choc de pointe à gauche ou à droite, peut faire suspecter respectivement une hypertrophie ventriculaire gauche ou droite. La palpation peut retrouver également un frémissement au niveau des différents foyers, il correspond à une turbulence importante du sang et peut être associé à un souffle cardiaque intense ( par exemple s’il est systolique au niveau du foyer aortique : rétrécissement aortique, au niveau du foyer pulmonaire : rétrécissement pulmonaire, au niveau du foyer mitral insuffisance mitrale importante. S’il est diastolique au niveau du foyer mitral : rétrécissement mitral. S’il est continu il correspond à un canal atrial persistant). Au niveau du foyer pulmonaire la palpation peut mettre en objectif deux bruits, ce qui correspond à une hypertension pulmonaire. Durant L’examen clinique si on peut palper le ventricule droit au niveau du creux épigastrique sous le processus xiphoïde, cela est attribué à une hypertrophie ou dilatation ventriculaire droite. Les vaisseaux du cou sont également palpables, la présence d’un frémissement systolique à la palpation du trajet de la carotide est en rapport avec une sténose de la carotide ou bien l’irradiation d’un souffle aortique. On peut aussi palper au niveau du creux sus-sternal la crosse de l’aorte chez le sujet âgé, et également en cas de pathologie aortique : sténose, anévrysme, coarctation persistance du canal artériel).

L’auscultation qui doit être faite dans le silence total, en palpant le pouls en même temps, et par un stéthoscope de très bonne qualité, un stethoscope Littmann Classic III  est recommandé

L’auscultation peut se faire à la position debout, assise, décubitus dorsal, et latéral. L’apnée pour éliminer les bruits pulmonaires.

On perçoit lors de l’auscultation les bruits cardiaque B1 et B2, en pratique on peut différencier entre les deux en palpant le pouls en même temps, Le bruit cardiaque B1 et le pouls sont synchrones.

  • Le bruit B1 signifie la fermeture des valves tricuspide et mitral.
  • Le bruit cardiaque B2 signifie la fermeture des valves aortique et pulmonaire.

Les foyers de l’auscultation sont :

  • Le foyer pulmonaire au niveau du deuxième espace intercostale gauche.
  • Le foyer aortique au niveau du deuxième espace intercostale droit.
  • Le foyer mitral au niveau du 5éme espace intercostale gauche sur la ligne médio-claviculaire.
  • Le foyer tricuspide est en regard de l’apophyse xiphoïde.


L' anatomie du coeur : les foyers de l'auscultation

Durant l’auscultation on peut retrouver une variation de l’intensité du B1 et du B2, un dédoublement pathologique, des bruits anormaux surajoutés (les clicks, les claquements d’ouverture, le galop), le frottement péricardique ( en cas de péricardite), et les souffles cardiaques systolique et diastolique en fonction de la pathologie.

Il ne faut pas oublier durant l’examen clinique de déterminer la fréquence cardiaque, et la pression artérielle par un bon tensiomètre manuelle, les tensiomètres Spengler sont recommandés :

Chaque examen clinique doit être terminé par un examen général des autres appareils.

La paraclinique :

En Radiologie l’anatomie est fondamentale pour l’interprétation des radiographies thoraciques, l’ombre cardiaque est une opacité (blanche sur la radiographie) médiane entre les deux clartés (noire sur la radiographie), elle présente deux bords :

Un bord droit veineux qui présente lui-même deux arcs : un arc supérieur qui correspond respectivement du haut vers le bas a la veine cave supérieure, et l’aorte ascendante. Et un arc inférieur qui correspond au bord de l’atrium droit.

Un bord gauche artériel qui présente lui-même deux arcs : un arc supérieur qui correspond respectivement du haut vers le bas a la crosse aortique, et l’artère pulmonaire.  Et un arc inférieur qui correspond au ventricule gauche.


L' anatomie du coeur : radiograhie thoracique face normale

En pathologie cardiovasculaire, l’anatomie est fondamentale pour comprendre la physiopathologie des différentes anomalies de cet appareil, par exemple dans l’infarctus de myocarde, il est important de préciser son siège, et les différents territoires atteint à l’aide de l’électrocardiographie, ce qui va permettre d’orienter la coronarographie.



IV/ Conclusion :

Le cœur est un muscle creux dans lequel circule le sang, ile est cloisonné en un cœur droit et un cœur gauche. Son étude anatomique est très importante pour comprendre les mécanismes physiologiques cardio-vasculaire.

Bibliographie : 

Gray, Henry. Anatomy of the Human Body. Philadelphia: Lea & Febiger, 1918

Kamina, Pierre. Anatomie clinique

Leave a Replay

Abonnez-vous

Abonnez-vous